Suite à une question très intéressante d’un militant Ecolo de Verviers, un grand merci à lui, j’ai interrogé les autorités du CPAS sur le travail des étudiants au CPAS de Verviers.

Pourquoi s’intéresser à cette problématique ? Bien que j’aimerais qu’il en soit tout autrement, notre société devient de plus en plus duale, inéquitable, voire ignoble et les études de plus en plus chères. A l’inverse, et ça c’est intéressant et très positif, une bonne partie des enfants des classes populaires et des classes moyennes prend conscience de l’importance de faire des études et de suivre des formations pour obtenir un emploi chez nous, voire pour éviter au maximum la souffrance et l’exploitation au travail dans le contexte d’une logique économique ultralibérale et productiviste.

De plus, combiner des études avec un travail souvent difficile est une expérience enrichissante pour le futur travailleur qu’est l’étudiant.

J’ai donc posé au Conseil trois questions : …

1. Combien d’étudiants travaillent au CPAS ? Combien pendant les vacances d’été ? Combien le reste de l’année ?

2. Les étudiants travaillent-ils uniquement en maison de repos ? Comme dames d’entretien ? Comme aides soignantes pour les étudiantes infirmières ?

3. Est-il envisageable d’avoir des élèves éducateurs comme travailleurs étudiants dans nos maisons d’enfants pour aider (et non pour remplacer) nos éducateurs ?

Les réponses ayant été données via un document officiel complet, je vais les résumer :

depuis le 1/1/2011, le CPAS a employé 330 étudiants différents qui ne sont pas nécessairement les mêmes d’un trimestre à l’autre puisque rappelons-le, les étudiants ne peuvent travailler au maximum que 46 jours par an. Pendant les vacances, il y en a eu 270 au total.

La plupart du temps, ils travaillent en maison de repos en étant occupés dans les fonctions suivantes : aide-cuisinier, garde malades, dames ou hommes d’entretien. Dans nos maisons d’enfants, ils prennent prioritairement des élèves éducateurs de 20 ans minimum qui y ont fait un bon stage et qui connaissent donc déjà le groupe.

Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour vous dire que j’ai beaucoup apprécié le fait que les différents services du CPAS ont toujours pris le temps de répondre aux quelques questions techniques que j’ai posées pendant les cinq années de mon mandat de conseiller. Je dis souvent que je suis très respectueux voire presque admiratif du travail réalisé par les travailleurs sociaux des grands CPAS dont celui de Verviers avec un public dont une grande partie est particulièrement fragilisée mais, je veux aussi vous dire n’en déplaise à l’idéologie dominante qui n’a de cesse de toujours essayer inlassablement de dévaloriser le travail des services publics, qu’au CPAS de Verviers, nous avons des travailleurs dévoués et de qualité. Un grand coup de chapeau à eux !

Si je pense que le poste de Président de CPAS est le mandat public local le plus exposé dans le contexte d’une société injuste et particulièrement inhumaine avec un nombre incalculable de personnes en difficulté sociale, les derniers présidents de CPAS ont au moins eu la chance de travailler avec un personnel méritant.

Très respectueusement et très fraternellement.

Philippe Kriescher

Conseiller CPAS Ecolo de Verviers

1/10/2011.

 

Share This